MinutePapillon8

mercredi 17 novembre 2010

Minute, voilà, c'est fini

theend

Lorsque j'ai ouvert ce blog, c'était un coup d'essai, beaucoup de temps à moi dans notre maison des Flandres dont je poursuivais la rénovation avec mon peu de savoir faire et un mari à des centaines de kilomètres en formation pendant dix mois. Et puis la petite graine de blog donna de surprenantes fleurs et ramifications comme je le soulignais dans un long billet passé.

Aujourd'hui nous quatre papillons sommes à la veille d'une vie nouvelle. Ce matin même mes deux pommes sont à l'école  (juste une demi matinée de prise de température avant la rentrée de janvier) et nous irons les chercher à l'heure de la récréation. J'ai moi même récemment rencontré une partie de l'équipe pédagogique avec laquelle je vais travailler au lendemain de leurs 3 ans. J'en ai reçu une excellente impression et l'angoisse de la reprise s'efface un peu. Avec l'école, la mienne, la leur, le "lien social" de toute la famille va s'étoffer et c'est la raison pour laquelle je désire replier nos ailes sur un coin d'intimité. Alors que notre sphère est sur le point de s'ouvrir un peu plus, je ressens le besoin de nous replier un peu dans l'intime.

Grâce à Casa Dolce Casa, j'ai pu suivre de bons conseils pour "aspirer" et ainsi sauvegarder mon coin de toile. Je vais le consigner sur différents disques durs pour être sûre d'en garder une trace quoiqu'il arrive.

D'ici quelques semaines je supprimerai définitivement ce blog de la toile. Toutefois je vous invite à me suivre sur un autre coin plus privé dont je vous fournirai l'adresse si vous le désirez. Il ne sera pas répertorié et seuls les "invités" pourront y avoir accès. Si l'envie vous vient de nous y suivre, merci de vous manifester avant la fin de l'année dans les commentaires ci dessous ou en cliquant sur "contacter l'auteur" à droite.

Le petit pincement au coeur est là. Je renonce ainsi aux rencontres de fortune qui ont souvent été très riches mais je fais le choix de l'intime.

Et puis; il y a ainsi l'excitation de la page blanche et d'un nouvel ailleurs où semer nos petits galets de vie.

A bientôt, peut-être.

Posté par MinutePapillon à 23:32 - Commentaires [32] - Permalien [#]


dimanche 14 novembre 2010

Roulez jeunesse!

15

Posté par MinutePapillon à 18:58 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Transformation de citrouilles

Octobre fini, la semaine anniversaire aussi, il y a déjà en moi des envies de neige et de lumières. Je chante déjà Noël.  D'un coup de pinceau la robe orange des citrouilles se pare de blanc pour la fin de l'année. En trois couches au moins et un peu de poudre de perlimpinpin.

DSC_0868

DSC_0867

DSC_0870

IMGA0395 IMGA0391

Posté par MinutePapillon à 17:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]

"Alors? les petits bonbons!"

Est-ce un de mes tics de langage qui fleurit chez ma fille. La voilà ponctuant son histoire de bonbons de "alors?" Son langage n'est pas encore très compréhensible pour ceux qui ne partagent pas le même toit mais il s'étoffe. J'aime particulièrement son "cholala" Maxime nous déroule une langue impénétrable sur un ton fort enjoué, ça ne l'empêche pas de se faire comprendre.

Posté par MinutePapillon à 15:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 13 novembre 2010

Une visite familiale en plein bug de saison (âmes sensibles s'abstenir)

J'avais hâte de recevoir cette visite. Ils n'étaient pas venus depuis le printemps 2008 et nous nous étions vus pour la dernière fois en janvier dernier. Et puis, comme cela nous est déjà si souvent arrivé, les virus ont frappé en plein mil.

DSC_0888


DSC_0883

DSC_0878

Stuart Little Maniac! Ils ne regardent plus que ça depuis.

DSC_0882

du_9_au_142
atelier autocollants sur corps

Le jour même de leur arrivée Maxilou avait la fièvre qui montait, vomissement, rhume et toux: gastro-rhino-pharyngite. Bottes et impers sont restés au placard. Nous sommes toutefois parvenus à visiter le marché avec Minette alors que Papapillon restait avec le malade. Une sortie pizza entre parents a aussi pu avoir lieu. Tour à tour nous fûmes atteint par ce tenace virus qui nous a si souvent visité l'année dernière. Lynn fut touchée plein pot et se déclara sur notre beau couvre lit velours qui ne rentre pas en machine. S'il y avait un endroit où il ne fallait pas que ça se déclare c'est bien là, quoique le pelage long du chat aurait été bien galère à nettoyer aussi ,ou mon PC, ou le coffre à jouets en osier, oui j'ai de drôles d'idées qui me passent en tête quand je commence à y penser. J'espère que cette année ils auront un peu plus le réflexe bassine, l'année dernière ils pensaient que c'était le fait de leur mettre sous le nez qui les faisait vomir. Lynn a bien bravé la maladie et malgré un ventre atomique se porte mieux. 

Mais comment gèrent les mamans de plus de deux? entre conforter les malades, protéger la zone d'incident (pour ne pas que les autres piétinent), nettoyer le malade, chercher un éventuel remède dans la pharmacie, nettoyer la zone d'incident, gratter, savonner, mettre à la machine (4 en tous) se laver les mains comme une maniaque pour éviter d'y passer, et puis recommencer.  Et encore je ne parle pas quand la maman est elle aussi malade.

Enfin, quelques jours après (billet rédigé mardi) tout rentre dans l'ordre.

Entre câlins et soins infirmiers, nos invités en ont profité pour optimiser le plan de travail de la cuisine.

du_9_au_141

Posté par MinutePapillon à 17:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]


mercredi 10 novembre 2010

Beau comme une image

DSC_0866

Tout en ayant un côté brouillon et désordonnée j'ai toujours été sensible "au beau". Je me souviens que lorsque j'étais petite j'avais commencé un cahier dans lequel je collais toutes sortes d'images, de photos, de cartes ou de dessins que je trouvais jolis. Épingler le beau. C'est ce que je faisais dans notre appartement de poche, les murs étaient festonnés d'images et photos de toute sorte. Aujourd'hui j'aime à le faire sur ce coin de toile. J'erre souvent sur la toile en quête de jolies images qui m'inspire et m'émeuvent, pas vous?



DSC_0863

"Le beau" m'a été offert à cet anniversaire. Ci dessus délicat et fin, un photophore en porcelaine du coin, et son envolée de papillon qui parle de celle que je suis de la part d'une amie qui me connait bien.

du_9_au_14

Et ici, le fort touchant cadeau d'une autre amie qui en secret a arpenté mon coin de toile et choisi plusieurs dizaines de photos pour en faire cette jolie table basse "Love Life". Placée dans la chambre elle me rappelle tous les bons moments passés et la promesse de ceux à venir.

Un grand merci à toutes les deux.

Posté par MinutePapillon à 14:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 9 novembre 2010

Vladimir, ode au chat qui fut

vladimir

Un 9 novembre, il y a 16 ans, je venais d'en avoir 18, 'MonsieurPap -to-be' m'offrit ce chat que sa soeur avait trouvé avec un autre dans un carton déposé sur la capot de sa voiture. Il avait été si vite séparé de sa mère qu'elle avait dû le nourrir avec du lait maternisé pour petit chaton avant qu'il ne fut décidé qu'il me serait offert. Nous étions en terminale. Je l'avais tanné tout l'été pour un bébé chat, lubie tenace alors que je vivais encore chez mes parents et que ma mère ne tenait pas à accueillir un nouvel animal. A son arrivée et pendant plusieurs mois, elle lui interdit d'ailleurs de sortir de ma chambre. Je me souviens avoir soudoyé ma soeur cadette pour qu'elle le nourrisse entre midi et deux lorsque j'étais au lycée dont je ne revenais que le soir. Il se vengeait de cet enfermement en faisant régner la terreur et en se cachant sous le lit d'où il nous laminait les pieds par surprise. C'était un chat sauvage.

10127162_m

à son arrivée il était si petit, pas plus grand que Cocron mon Doudou d'adolescente

IMGA0277

10127218_m

Jeune homme  félin dans son rideau hamac.

IMGA0278

    Avec les compères de la maison parentale. Le regretté Félix  et Capucin qui était le doyen, le vieux Caïus Pu-puce, chat de ma tendre enfance, disparu à un âge vénérable aussi, jamais revenu d'une de ses sorties.

IMGA0279

Il était accueilli dans la maison familiale lorsque je partais parcourir le monde, quelques jours en France, quelques semaines aux Etats Unis, un an en Grande Bretagne. Il tenait toutefois à se nicher dans ma valise avant mon départ. Enfin accepté, il profitait de la grande demeure et de son beau jardin.

IMGA0280

C'était un chat solide et fort. Il y a un an encore le voisinage s'étonnait devant ce chat à l'impressionnante carrure. Partout où il allait il imposait le respect et n'hésitait pas à aller à la bagarre pour conquérir un nouveau territoire. En seize ans il en eut huit, le temps de quelques semaines à certains endroits et jusqu'à plus de sept ans en appartement avec parc attenant.

IMGA0281

Il aimait le sel de céleri, les yaourts (avec un faible pour la danette choco) le maïs et les moules.

Ma soeur le pleure aussi et le retrouve présent dans ses souvenirs d'enfance et d'adolescence.

IMGA0282

Jamais si heureux que dans un jardin. Ici le jardin familial.

IMGA0283

IMGA0284

IMGA0285

le béton c'est bon! Quel plaisir de s'y rouler!

IMGA0286

avec copine Clochette

IMGA0287

Notre premier sapin dans mon premier appartement d'étudiante où il tyrannisait Elsa adoptée cette année là. 

IMGA0288

Lorsque je rentrais à la maison c'était mon père qui venait me chercher en voiture. Vladimir n'aimait pas trop ça et quand il le voyait arriver à la fenêtre il se mettait à grogner.

IMGA0289

IMGA0290

C'est dans cet appartement qu'il passa le plus grand nombre d'années. On partageait notre mezzanine. Souvent il se couchait entre moi et Monsieur Pap sur qui il posait la patte et pas question de le déloger sans craindre  une fâcherie.

IMGA0291

Comme tous les chats il adorait les endroits insolites.

9486230_m

Dehors par tous les temps. Appartement mouchoir de poche mais grand parc attenant.

9613245_m

Lorsqu'il voyait un oiseau à guetter, il enchainait des petits cris brefs et hoquetés qui trahissaient son excitation et ça nous faisait sourire.

9963784_m

Jamais il n'attrapa de poisson. C'est l'eau qui l'intéressait. Il en était fou. Il aimait beaucoup jouer dans la baignoire. Il eut un jour la surprise de la trouver remplie quand il sauta dedans.

9945538_m

C'était aussi le maître des ombres et sautait haut pour les attraper.

9947095_m

Territoire étranger. Même chez les chats Flamands il en imposait.

Sa longue ligne de vie le rendit témoin des petits et grands bouleversements de la mienne. Lycéenne, étudiante, enseignante, jeune mariée, maman. Il connut de nombreux autres compagnons de passage: Lily la lapine, Elsa et ses tribus de chatons, Loulou, Nanou, Jack,  ribambelles de poissons, grenouilles et phasmes. Il les regardait débarquer avec beaucoup de flegme et une bonne dose d'autorité. C'était un témoin à part entière de tout un pan de ma vie. Un témoin relais qui connu même Caïs Pu-puce chat de mon enfance.

13650382_p

9480138_m

18916244_p

18916222_p

23028139_p

Et il y eut l'arrivée des deux pommes qui le laissa bien indifférent. ça faisait juste d'avantage de bons endroits à squatter.

23788004

33669322_p

38798366_p

58267603_p

Dernière photo de lui, malgré la maladie profitant du soleil d'octobre.

Car en octobre il y eut soudain cette perte totale d'appétit. Une prise de sang nous révéla que c'était un problème de pancréas. Il eut 3 cachets par jour à avaler et toute une série d'aliments grand standing du véto à adopter. Nous avons toujours eu grand mal à lui faire avaler les comprimés. Il faut l'entourer d'un linge et laisser seulement dépasser la tête; le caler entre les genoux, coincer un coussin sous son cou parce qu'il arrive toujours à sortir une patte et à la tourner vers nous toutes griffes dehors, et puis on risque encore la morsure. Une fois le cachet pris il n'est pas exclu qu'il soit recraché. Nous nous entêtâmes 5 jours, griffes et morsures, mais le traitement ne changea rien à sa perte totale d'appétit. Bien sûr la gamme grand standing d'aliments vétérinaire fut déclinée, ainsi que le poisson , la viande rouge, blanche, le lait, le lait concentré, les yaourts... Au bout de dix jours j'ai rappelé le vétérinaire. Il m'a vendu un aliment liquide que je devais lui administrer à la seringue mais qu'il recrachait. Il ne disait rien, ne se plaignait pas et passait d'un coin douillet de couette, au panier et parfois jusqu'à un carré de soleil au jardin quand il se montrait. Au bout de deux semaines il ne lui fut plus possible de descendre l'escalier. Il titubait. Il semblait partir, lentement, très lentement mais continuait de ronronner sous les caresses. Je me disais que c'était un peu son choix ce refus obstiné d'avaler quoi que ce soit, cachets et aliments. Il avait 16 ans et j'étais contre l'acharnement thérapeutique par gavage ou perfusion. Et puis dans la nuit du vendredi au samedi je l'ai entendu pousser ce cri qui ressemble à un pleur. Ce cri que Nanou avait poussé lorsque son coeur s'est arrêté l'année dernière. Je me suis levée plusieurs fois à ses appels pour être à ses côtés cette nuit là. Le lendemain il était toujours là. Nous étions d'accord que s'il manifestait une douleur, des plaintes nous étions prêts à l'accompagner dans une fin plus douce. Mais MonsieurPapillon était au travail. Personne non plus pour garder les enfants, malades de surcroit depuis la veille. Le vétérinaire nous avait donné rendez vous mais nous dûmes attendre une demi heure avant notre tour et les enfants en avaient assez. Pas d'assistante ce samedi pour les surveiller dans la salle d'attente. Je les ai donc assis sanglés dans la poussette et tournés vers la fenêtre à l'autre bout de la salle de consultation et ça se chamaillait, s'impatientait. Le produit fut injecté en deux fois et n'eut pas pour effet d'engendrer la fin paisible que j'avais imaginé. J'ai voulu l'accompagner jusqu'au bout et j'ai vu comme il a lutté avec une force qu'on ne lui aurait pas imaginé vu son état... et ce cri... Je reste avec mes "et si",...tristesse et culpabilité. Et puis ce face à face avec la mortalité, la sienne, la leur, la nôtre.

J'ai déjà eu de la peine à la perte d'animaux mais je n'y avais jamais été confrontée de la sorte. Leur départ était toujours soudain (accident, arrêt cardiaque) ou laissait place à l'espoir (disparition). Lorsqu'un chat ne rentre pas on peut imaginer le pire mais aussi se dire qu'il a choisi une autre vie ou qu'il reviendra un jour. J'ai souvenir de notre chatte Elsa qui était partie très longtemps de la maison et un soir elle était de retour à notre porte. Quelle joie ce fut. Lorsqu'elle disparut à nouveau je me suis dit qu'elle avait choisi un autre foyer. Capucin, Elsa, Loulou.. ces chats partis un beau jour me visitent de temps en temps en rêves comme si je gardais toujours en moi un peu l'espoir de les revoir. Aujourd'hui la mort de Vladimir est associé aux mots durs: euthanasie et crémation.

Ce chat témoin du temps qui passe, qui vécut avec nous ici et là et connut même Caïus Pu-puce me manque beaucoup. Il était devenu discret avec l'âge, ne se mêlait plus aux jeux et aimait sa tranquillité mais occupait en fait une grande place et il laisse un vide comme je n'aurais pu l'imaginer. En arrivant ici nous nous disions bien que ce serait surement sa dernière demeure, avec résignation et fatalisme, mais je ne réalisais pas la peine que cela engendrerait. 

Petite Misty elle est toute occupée à sa vie de chaton de famille. Je me réjouis que le destin me l'ait imposé le mois dernier avant même que Vladimir ne commence à flancher. Elle ne le remplace pas. Elle devient le témoin. On dira un jour, tu te rends compte elle a connu Vladimir qui a connu tous les autres jusqu'à Caïus Pu-puce. Alors que qu'avant son arrivée je maugréais contre les animaux à coup de 'plus jamais", je réalise comme leur présence à nos côtés est importante. Ils sont un bout d'âme du foyer, dépositaires de ses joies et de ses peines.

Posté par MinutePapillon à 18:08 - Commentaires [22] - Permalien [#]

lundi 8 novembre 2010

All i ever wanted to be, Lily frost

L'autre soir je suis tombée par hasard sur cette série diffusée sur une chaîne junior. Revisiter son passé pour aller dénouer les "et si..." Sur les deux épisodes vus il semble qu'au final cela ne change pas grand chose à la destinée. Au début je me suis dit que si j'avais ce pouvoir j'irais refaire ceci et cela, et puis à bien y réfléchir, je n'irais nulle part et ne changerais rien, profondément heureuse dans mon ici et maintenant.

Posté par MinutePapillon à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

A Party!

DSCF7320b

J'ai la chance de voir fleurir de précieuses amitiés en ce coin de terre d'adoption. C'est en bonne compagnie que j'ai passé l'après midi. Il pleuvait des cordes dehors mais qu'importe il faisait bon dedans. Chaque cadeau parfaitement choisi, un  Victoria Sponge cake (une autre dépaysante découverte pour moi qui me régale souvent avec les bons gâteaux anglo-saxons de mes amies) avec des bougies et des bulles sucrées gardées au frais.

DSCF7324b

DSCF7326b


DSCF7345b

58808521_p

DSCF7370b

DSCF7375b

DSC_0861

DSCF7380b

Et la fête s'étirera encore sur quelques jours avec Papapillon mercredi soir et la visite de mon père et sa compagne dès jeudi soir. J'aime bien aussi quand les jours qui encadrent l'anniversaire prennent au air festif. Je laisserai la maison décoré jusqu'à la semaine prochaine, avec la couronne d'automne à la porte, et puis ensuite, je ferai des plans pour Noël, de la couture et des rêves.

Posté par MinutePapillon à 18:35 - Commentaires [6] - Permalien [#]

Mon Happy Birthday again et malgré tout

DSC_0854

Hier j'ai préparé une tarte poireaux chèvre pour ce midi, elle sera mangée avec des tomates cerises, du fromage et -osons les petits péchés- des biscuits salés; une sorte de repas apéro avec des bulles et des cartes à ouvrir. 
Hier j'ai donné un petit air propret à cette maison, comme chaque année avant le matin d'automne, comme ma maman il y a 34 ans.

Hier encore j'ai pleuré mon vieux chat d'automne. Comme la veille et comme à mon réveil et puis plus intensément encore au soir.
Mais ce matin j'ai trouvé un peu de lumière dans les mots adressé par mes proches, dans les appels et les jolies cartes. Je laisse cette lumière illuminer cette journée. Je laisse la joie s'infiltrer et éclairer mon coeur et je me moque de la tempête qui souffle. J'accueille même avec joie les bourrasques d'automne, la pluie qui tambourine. Ce matin avec les enfants nous avons regardé notre arbre en poigne avec le vent. De tout le voisinage c'était le dernier à avoir encore sa robe ocre. ça me plait de penser qu'il l'a gardée jusqu'à ce jour anniversaire et qu'aujourd'hui elle valse au grès du vent. Le sol  s'en trouve comme habillé d'or. Le voisin me dit que tous les ans c'est pareil, cet arbre est le dernier a tenir tête à la saison qui l'appelle. ça me plait. ça fait d'ici un chez moi peu ordinaire sort of meant to be.

Les enfants ont eu un réveil tardif et m'ont offert une heure au lit. Je me suis réjouis de pouvoir lire des voeux venus des quatre coins du monde s'en avoir à risquer le petit orteil hors du moelleux de la couette. Fantastique internet. Il me semble toutefois que les voeux 2.0 mettent à mal la branche philatélique et le côté chaleureux des cartes de voeux de paillettes et de papier. Sages dans leur jeux j'ai peu prendre un douche bien chaude et parfumée sur la BO de As Good as it gets  qui me met toujours d'humeur festive, avant d'avoir  à les habiller.
11h00 il fait encore tout noir dedans. J'ai allumé mes lumières de fête et donné un air d'anniversaire à ma couronne de porte.

Cet après midi je me sais attendue par mes amies et je sens la joie du jour présent

Photo_282
Il y a huit jours

DSC_0849
Ce matin

DSC_0867

Posté par MinutePapillon à 12:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 6 novembre 2010

Tempête en mon coeur

J'ai le coeur déchiré, Vladimir n'est plus. Il était arrivé dans ma vie un 9 novembre, le lendemain de mes 18 ans. On y  était presque. Je lui consacrerai un billet mémoire à cette date anniversaire.

Posté par MinutePapillon à 00:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 5 novembre 2010

Premiers virus

Une heure de garderie et le coup de fil "votre fils a vomi PARTOUT et hurle"
Une fièvre qui va et vient chez les deux pommes.
Rendez vous complets chez le médecin le plus proche. On trouve un peu plus loin pour 20h00. Faudra se grouiller pour ne pas rater Koh Lanta.
Un air grippal et l'évocation des végétations du bonhomme à faire retirer.
20h50, tout le monde ne va pas trop mal. J'ai déjà en stock tous les médicaments prescrits ou presque. L'émission peut commencer.

Posté par MinutePapillon à 14:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 4 novembre 2010

DSC_0847

Nous nous rendons en ville par les petits chemins dans nos vêtements de pluie. Salutations au jardinier qui ordonne son paradis en de jolis sillons. Ils nous offre ses dernières violettes. Je récupère mon Pc dont les caprices ont engendré un retard fou dans mes mises à jour.

Posté par MinutePapillon à 00:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 3 novembre 2010

Un petit air de fête continue de planer en ces murs

IMGA0270

IMGA0273

Posté par MinutePapillon à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Crunch

IMGA0225

IMGA0233

IMGA0216

IMGA0219

Les feuilles mortes avaient été rassemblées en de grands continents à explorer. Les jardiniers repartis vers d'autres tâches, le ramassage attendrait. Crunch. Crunch. Crunch. Si le temps avait été un peu moins humide nous nous y serions bien roulés!

IMGA0223


IMGA0224

IMGA0234


IMGA0238

IMGA0247

IMGA0251

IMGA0260

IMGA0268

IMGA0262

Posté par MinutePapillon à 16:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 2 novembre 2010

Pendant ce temps là...

DSC_0421

Alors que des roses éclosent même à l'automne, nous nous laissons surprendre par la nuit. Des siestes à rallonge, le changement d'heure et l'hiver qui toque déjà, nous achevons le tour de notre étang, là bas près de notre ancien chez nous, alors que la nuit pose ses soieries sur ses eaux. Encore hantée par le film visionné à Halloween, je ne m'y serai pas aventurée si Monsieur Pap ne m'y avait pas poussée car en ses abords s'ouvre des grottes, Lilou!

Même si j'aime quand la nuit toque dès l'heure du goûter qu'elle rend plus feutré, douillet et ambré, je réalise qu'elle va nous confiner aussi. Avec les siestes qui s'étirent un peu quand l'un s'est réveillé tôt ou que l'autre s'est endormi tard, le temps de mettre tout le monde debout et paré, la nuit pointe déjà. J'ai la nostalgie de ballades impromptues où l'on pouvait même se perdre sans redouter l'obscurité. Un soir, 18h30 passé et encore en forêt! Mais alors je me plaignais de la chaleur et des moustiques. A chaque saison ses charmes et ses désagréments.

La nuit vite avancée entrave aussi les visites amies car les distances se sont allongées et la route est longue, sombre et monotone dans l'obscurité. On réalise qu'au bout du compte cette dizaine ou quinzaine de kilomètres en plus (ajoutée aux 36 et 24 d'alors) fait une différence.

Posté par MinutePapillon à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cousine d'automne

tn_160_10331
Par un beau jour d'automne Juliette est arrivée grandir les rangs des cousins cousines.
Bienvenue jolie petite tête flamboyante.

Le plus jeune de ses frères est né quelques semaines après nos deux pommes en 2008. ça me fait tout drôle.
Le temps qui passe.
l'écho travaille, et les envies et la raison les raisons.
Peut-être.
Ou pas.

En tous cas, félicitations heureux parents et vivement une future cousinade!

tn_161_10542

Posté par MinutePapillon à 17:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 1 novembre 2010

L'amitié en bouquet d'automne

Photo_286

Et après la fête il me reste aussi ces fleurs en un bouquet composé par RaeofSunshine. Elles trônent sur la table qui garde jusqu'à la semaine anniversaire un air de fête.

J'aime avoir des fleurs en ma maison.

Photo_296
Mais quel est le nom de cette belle orangée?

Photo_298

Photo_346

Posté par MinutePapillon à 21:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Glorieuse saison!

Photo_271

Photo_273

Photo_275

Photo_277

Photo_279

Posté par MinutePapillon à 07:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Autoportraits un lendemain de fête

Photo_303

Photo_284

Posté par MinutePapillon à 07:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]